Mon accouchement

Quand on attend bébé, on se demande toujours comment l’accouchement va se passer. Normal… Dans les pays scandinaves, le personnel du service d’obstétrique est très focalisé sur la simplicité et la “naturalité” de l’accouchement: ils souhaitent toujours impliquer le moins possible la médecine dans cet événement qui doit rester le plus naturel possible. Voici mon expérience à moi.

Tout d’abord, la maternité ne propose aucun cours pré-natal. Le seul service pré-natal qui est proposé est la visite du service d’obstétrique où on nous montre que si notre grossesse n’est pas à risque, nous allons atterrir, le jour J, dans le service d’accouchement “naturel” appelé La Cigogne. En cas de grossesse à risque, on va directement au service médicalisé. Seul un couloir sépare les deux services, donc au cas où votre grossesse sans risque se transforme en grossesse à risque le jour J, il y a juste à transférer votre lit vers l’autre couloir. Pas de problème!

En Norvège, la seule échographie de la grossesse se fait à la 18ème semaine. On peut éventuellement avoir une échographie à la 11ème semaine s’il y a un risque ou bien si on a eu des problèmes lors d’une précédente grossesse. Durant les neuf mois, on est suivi par son généraliste et non par un obstétricien. Si notre grossesse est normale.

J’ai perdu les eaux à 21h30, avant d’avoir aucune contraction. J’ai appelé la maternité et on m’a dit de rappeler lorsque j’aurais des contractions assez fortes et assez proches. Techniquement, ça pouvait prendre 2 jours… Pas de quoi s’inquiéter… En fait, assez rapidement dans la soirée, j’ai commencé à avoir des contractions assez fortes, mais pas assez proches. J’ai donc passé ma nuit sur mon lit à respirer comme au cours de yoga (respiration ujjay: http://www.federationyoga.qc.ca/page-respiration-complete.html).

A 7h du matin, j’ai rappelé la maternité car je commençais à avoir des contractions fortes et assez rapprochées. Ils m’ont fait venir et même si le col de l’utérus n’était pas très dilaté, je suis restée. Dans la chambre: un lit bas, une salle de bain avec baignoire, un lecteur cd, un déambulateur. Pas de matériel médical du tout. Très régulièrement, la sage-femme venait m’examiner: elle prenait la mesure du coeur du bébé avec un petit appareil manuel. Au bout de quelques heures, elle m’a proposé un bain pour me détendre. Ca m’a fait du bien, mais ça ne calmait pas beaucoup la douleur. Après le bain, la sage-femme m’a demandé d’essayer de marcher beaucoup avec le déambulateur, parce ça aide le bébé à descendre (normal: la gravité!), mais je ne pouvais pas car ça poussait trop vers le bas et je n’étais pas encore au moment où il fallait pousser. Finalement, un peu avant la sortie du bébé, je me suis retrouvée sur le lit, à cheval sur un sac haricot. Une sage-femme différente est venue et m’a proposé de l’acupuncture pour m’aider à me détendre entre les contractions. Elle m’a mis une aiguille sur le haut de la tête et probablement ailleurs, mais j’étais trop fatiguée pour m’en rendre compte (il était environ 14h le même jour). L’acupuncture a fait effet immédiatement: je dormais presque entre chaque contraction!! Pendant toute la durée du travail, j’ai essayé de continuer la respiration telle qu’on me l’avait enseignée au yoga. Excellent exercice pour accepter et mieux supporter la douleur.

Enfin, le moment de pousser est venu. La sage-femme m’a proposé de m’agenouiller au pied du lit, accoudée au lit, ce que j’ai fait. Et en quelques minutes le bébé était là. On l’a posé sur mon dos pendant plusieurs minutes, le temps de nettoyer le sol. Ensuite, le papa a coupé le cordon ombilical; on a mesuré bébé, sans le nettoyer, et on l’a posé sur ma poitrine. Il n’a pas tété avant quelques heures: il ne trouvait pas le sein de lui-même. Pour finir, environ une demie-heure à une heure après la sortie de bébé, la sage-femme acupunctrice est revenue et m’a posé des aiguilles sur les pieds pour faire sortir le placenta, qui est ensuite sorti sans problème.

C’est donc tout à fait possible d’accoucher sans aide médicale, et tout à fait supportable! Mais par pitié: qu’on cesse de faire accoucher les femmes à la chaîne avec monitoring et sur le dos: c’est totalement aberrant! La gravité elle-même devrait inciter toutes les femmes à accoucher autrement que sur le dos, les jambes en l’air…

Enfin, l’allaitement: je suis restée 3 jours en tout et pour tout à la maternité. Les sage-femmes m’ont aidé à allaiter mon bébé, mais franchement, au bout de trois jours, on est loin d’être pro… Et là, je dis: vive les associations d’aide aux mamans qui allaitent ou bien les copines / la famille qui sont déjà passées par là et peuvent vous aider. Car se retrouver à la maison sans personnel obstétrique, face à son bébé qui hurle de faim, sans savoir dans quelle position il va pouvoir manger sans nous détruire le sein, c’est assez frustrant. Moi, j’avais ma bonne copine C. que j’ai appelée au bout de quelques jours, affolée car j’avais des seins “en béton”. Que faire? Et puis, mon autre bonne copine E. qui a eu la gentillesse de me recommander sa pompe à lait. Merci, les filles! Sans vous, j’aurais probablement abandonné;-) Surtout, il ne faut pas se laisser dépasser par les événements et il faut prendre contact avec des professionnels pour recevoir l’aide nécessaire afin de résoudre notre problème. En ce qui concerne l’allaitement, des milliers de femmes s’y mettent et pas toutes réussissent du premier coup… Tu n’es pas toute seule! Si tu as besoin, appelle de l’aide.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: