Les couches lavables: quelques trucs pour les débutants.

English version

J’ai commencé à utiliser des couches lavables à la naissance de mon petit garçon, qui a maintenant 18 mois. Je n’avais jamais entendu parler des couches lavables avant de recevoir un magazine du centre de recyclage local sur lequel j’ai lu que chaque famille qui utilise des couches lavables à Bergen reçoit une subvention de 500 couronnes. J’ai alors cherché des infos sur les couches lavables et, en accord avec mon conjoint, on a décidé d’en utiliser avec notre petit garçon. Après la naissance, je me suis vite rendu compte que les infos que j’avais trouvées n’étaient pas toujours juste ou suffisantes. Aussi, maintenant que j’ai une certaine expérience des couches lavables, je vous offre mes petits trucs, qui vous faciliteront peut-être la vie à vous aussi qui souhaitez utiliser des couches lavables avec vos petits. Surtout, laissez-moi un commentaire si vous trouvez les infos de ce poste utile, merci!

  • Utiliser des couches lavables, ça demande un peu de temps afin de s’habituer, d’apprendre les gestes, de mettre en place les routines de lavage, etc… c’est donc très important que les deux parents soient d’accord pour mettre le système en place: ça facilite grandement les choses.

  • La première semaine après la naissance, j’ai utilisé des couches jetables. Quand on vient d’être parents pour la première fois, il y a beaucoup de choses auxquelles il faut s’adapter et s’habituer. Et quand on stresse pour savoir pourquoi bébé pleure ou dans quelle position c’est plus confortable d’allaiter, ça n’est pas la peine d’en rajouter avec les couches lavables. C’est mieux d’attendre un petit peu que la tension des premiers jours se soit apaisée.

  • J’ai acheté mes couches lavables chez Lulu Nature http://www.lulu-nature.com/ . Pour les 6 premiers mois, j’ai choisi les couches « nature » en small. J’en ai acheté 15. Avec ce nombre-là, je lavais les couches tous les 2 jours.

  • Pour rendre les couches imperméables, j’ai choisi d’utiliser le système norvégien: une culotte en laine traitée avec de la lanoline. On peut acheter les culottes déjà tricotées chez Nöstebarn ou bien on peut acheter la laine et tricoter les culottes soi-même. La lanoline, en contact avec l’urine, se transforme en savon et rend la laine imperméable. Maintenant, j’utilise aussi une culotte imperméable de chez Lulu Nature.

  • A l’intérieur de la couche, on met un petit film de papier de riz, qui permet de facilement jeter les excréments dans les toilettes. Les premiers mois, j’ai trouvé que le papier de riz ne servait pas à grand chose, car bébé fait plutôt mou tant qu ‘il ne boit que du lait, alors je n’utilisais pas de papier dans la couche.

  • Quand mon petit garçon a commencé à faire ses nuits, j’ai utilisé les couches Lulu Nature doublées avec de la polaire, dans lesquelles je mettais un « insert » en chanvre.

  • Les fuites: il m’a fallu beaucoup d’essais et de tâtonnements pour résoudre le problème des fuites. Mon petit garçon faisait pipi peu souvent, mais beaucoup à la fois. Et c’est là où la solution norvégienne m’a bien dépannée: entre la couche et la culotte de protection, j’ai mis un rectangle de protection en laine traitée à la lanoline. Quand ça n’a plus suffit, je l’ai tricotée en double épaisseur devant. Finies les fuites!! Chez Lulu Nature, ils conseillent de rajouter des “insert” en chanvre dans la couche, pour éviter les fuites. J’ai essayé, mais il y avait toujours des fuites. Ce que je fais maintenant, c’est que la journée, mon bout de chou porte la couche, le rectangle de laine double épaisseur devant et la culotte imperméable (en laine ou pas). La nuit, par contre, il porte une couche avec intérieur polaire avec un insert dedans, le rectangle de laine double épaisseur et la culotte imperméable (en laine ou pas). Et c’est garanti, il n’y a PLUS de fuites! J’ai vu que Lulu Nature vend de la lanoline, ce qui signifie que si vous êtes tricoteuse, vous pouvez vous tricoter vos “insert” en laine et les imperméabiliser ensuite vous-même. Je vais essayer d’écrire un nouveau poste  rapidement avec les instructions pour tricoter les inserts en laine.

  • Le stockage des couches sales: on m’a conseillé de mettre les couches à tremper dans un seau d’eau avec quelques gouttes d’huiles essentielles contre les odeurs. Mais j’ai finalement opté pour le stockage à sec, dans un seau fermé, avec quelques gouttes d’huiles essentielles. Bien entendu, la paire de gants est indispensable!

  • Le lavage: les couches se lavent à 60 ou à 90°. Au début, je faisais une lessive sur 4 à 90 et les autres à 60. En grandissant, les enfants tachent plus les couches et maintenant, je lave un peu plus souvent à 90. J’utilise des noix de lavage, mais je fais bien attention à rincer la couche souillée (sauf quand il n’y a que du pipi), avant de la mettre dans le seau.

  • Le séchage: les couches passent au sèche-linge sans problème. Par contre, il faut bien compter deux heures pour qu’elles sèchent. Sinon, sur le fil à linge, il faut environ une journée. Une solution est de sécher d’abord sur le fil, puis de finir au sèche-linge. En effet, en ne séchant qu’en plein air, les couches deviennent un peu rêches. Mais il suffit de les frotter les unes contre les autres pour qu’elles retrouvent leur souplesse. Par contre, le sèche-linge les garde souple.

  • Le lavage des culottes: les culottes imperméables de chez Lulu Nature se lavent tous les deux jours et se mettent tout simplement à sécher entre deux utilisations. Tourner avec 3 ou 4 culottes de rechange. En ce qui concerne les culottes en laine, leur gros avantage est qu’elles ne se lavent pas, elles se mettent tout simplement à sécher entre chaque utilisation. Tous les 4 mois environ, ils faut les ré-imperméabiliser en les trempant une nuit dans un bain de lanoline. Là aussi, il est bien d’avoir 3 ou 4 culottes de rechange.

  • Enfin, pour les déplacements, les voyages ou bien simplement en dépannage, toujours avoir quelques couches jetables à la maison. On en trouve une marque allemande dans les magasins bio, qui sont aussi bien que les non-bio et qui ont l’avantage d’être biodégradables.

Bonne chance dans votre entreprise! J’espère que, comme moi, vous trouverez que c’est vraiment plus sympa de changer bébé avec les couches lavables. Une fois qu’on a essayé et qu’on a réussi le pari de s’y tenir, je vous promets qu ‘on ne revient aux couches jetables de supermarché que si vraiment on n’a pas le choix…

3 Responses

  1. Tu pourrais me dire comment faire ces trucs norvégiens en laine à la lanoline? je suis intéressée pour les adapter à mes problématiques.

    • Oui, bien sûr. Tu es intéressée par les culottes elles-mêmes ou bien par les “insères” (extrêmement simples: un rectangles de la largeur de l’entrejambe et de la longueur nécessaire pour remonter et protéger correctement devant et derrière, en pure laine vierge de ton choix, colori au choix aussi;-), que tu imprègnes ensuite de lanoline en suivant les instructions sur la bouteille)?

  2. Les deux! Avec des photos je pourrais mieux comprendre le système par exemple…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: